chargement...
 

Une communauté urbaine
en évolution

Limoilou dans le temps...

  1. Jacques Cartier établit un premier campement hivernal au croisement des rivières Lairet et Saint-Charles, alors appelée kabir-kouba soit la rivière aux milles détours. Ces lieux ne seront réoccupés que plusieurs années plus tard au moment de l'installation des Jésuites.

  2. Les Récollets s'établissent près de la rivière Saint-Charles. C'est à eux qu'on doit le changement de nom de la rivière de Sainte-Croix à Saint-Charles.

  3. Une seigneurie est concédée aux Jésuites sur la rive nord de la rivière Saint-Charles. Ils y construisent un couvent à la jonction des rivières Lairet et Maizerets. Quelques années plus tard, en 1632, on y construit également un séminaire dédié à l'éducation et à la conversion des Autochtones. Cette entreprise connaît un échec rapide et les Jésuites quittent le couvent vers 1643.

  4. Au fil du 19e siècle, la rivière Saint-Charles est l'un des hauts lieux de la construction navale en Amérique du Nord. On pouvait y construire de 20 à 30 grands bateaux par hiver. C'est notamment l'oeuvre du réputé chantier Mackay et Warner, surnommé le chantier des Américains, situé à l'ouest de l'actuel pont Drouin, entre la 1re Avenue et la rivière Saint-Charles.

  5. Limoilou ressemble encore à une campagne peuplée de fermes et de petits hameaux. Le territoire comprend également des résidences d'été et quelques coquettes villas des riches propriétaires de Québec. La ferme familiale de William Hedley Anderson occupe alors la partie centrale de l'actuelle paroisse Saint-Charles de Limoilou.

  6. Première organisation municipale du territoire de Limoilou situé entre Québec, Charlesbourg et Beauport. On le désigne alors sous le nom de Saint-Roch Nord. Sur le territoire de Limoilou, la construction navale et le commerce du bois donnent naissance aux villages de Smithville, Parkeville, Hedleyville et New Waterford.

  7. En raison de l'augmentation du commerce du bois, une partie de la ferme de William Hedley Anderson est divisée en lots afin d'y attirer des ouvriers. Un village apparaît graduellement sur ce territoire. Ce dernier sera nommé Hedleyville en l'honneur du premier propriétaire. Le terrain près des berges de la rivière Saint-Charles est quant à lui loué à l'Hôtel-Dieu de Québec.

  8. Au mois de septembre, un incendie ravage les trois-quarts du village d'Hedleyville.

  9. Création de la municipalité de Limoilou qui naît de la fusion des agglomérations d'Hedleyville, de New Waterford, de La Canardière, de Stadacona, de Parkeville et de Gros-Pin. Edmond Trudel sera élu premier maire de Limoilou le 10 avril 1893.

  10. Création de la paroisse Saint-Charles de Limoilou. La population ne compte alors que 1236 habitants. La paroisse Saint-Zéphirin de Stadacona est créée la même année, mais elle reste attachée à Saint-Roch jusqu'en 1921.

  11. La Quebec Land Company achète plusieurs terrains agricoles situés sur le territoire de Limoilou. La compagnie stimule la construction de nouvelles maisons et l'ouverture de nouvelles rues.

  12. La municipalité de Limoilou est annexée à la Ville de Québec. Un an seulement après Saint-Sauveur.

    La même année, les Frères du Sacré-Coeur viennent s'installer à Limoilou et ouvrent l'école Saint-Charles, une école pour garçons. Près de 250 élèves fréquentent cette première école.

  13. Création de la paroisse Saint-François d'Assise.

  14. Création de la paroisse Saint-Fidèle. Limoilou comptait alors plus de 23 000 habitants. La même année, l'Anglo Canadian Pulp and Paper Mills ouvre ses portes à l'embouchure de la rivière Saint-Charles. Dès 1928 on y produisait 375 tonnes de papier par jour. Elle comptait alors 500 employés (manoeuvres, gestionnaires et ingénieurs). Elle deviendra successivement la Reed Paper Compay (1972), la Daishowa ltée (1988), la Stadacona, puis enfin la White Birch.

  15. Le recensement indique qu'un logement sur cinq dans certaines parties de Limoilou est occupé par plus d'une famille. Près du tiers des ménages du quartier souffriraient d'entassement, le taux d'occupation des logements dépassant une personne par pièce.

  16. Un barrage est construit près du pont Samson pour régulariser le cours de la rivière Saint-Charles.

  17. La construction de l'autoroute Dufferin-Montmorency exige l'expropriation de plusieurs habitantes et habitants du Vieux-Limoilou.

    Au cours de cette décennie, le maire Lamontagne fera également bétonner les berges de la Rivière Saint-Charles.

  18. Inauguration de l'actuel pont Drouin.

  19. Inauguration de l'actuel pont Samson.

  20. Création du mouvement RIVIÈRE VIVANTE qui se consacre à la restauration et à la mise en valeur de la rivière Saint-Charles. Pour RIVIÈRE VIVANTE, la rivière est un bien collectif que les citoyens et les citoyennes doivent se réapproprier. Durant ses quatre premières années d'existence, le mouvement intervient principalement dans les dossiers d'aménagement et de restauration de la rivière Saint-Charles, de sa mise en valeur, de son animation et de la sensibilisation de la communauté.

  21. La Ville de Québec, suite aux demandes du mouvement RIVIÈRE VIVANTE, s'engage à verdir et à revitaliser les berges de la Rivière Saint-Charles.

  22. Création de l'Initiative 1, 2, 3 Go! Limoilou. Un groupe de parents est à l'origine de cette initiative dont l'objectif est d'assurer le bien-être des tout-petits et de leurs familles.

Thème 1 - Un tissu social riche et foisonnant

Vidéo d'introduction

Un tissu social riche et foisonnant

Lorsqu’ils acceptent de prendre en charge la paroisse Saint-Charles de Limoilou, en 1902, les pères Capucins y reproduisent le microcosme d’une vie rurale axée sur la solidarité et la création d'une communauté plus ou moins isolée du reste de la ville. Tout au long du 20e siècle, un véritable tissu social et associatif se met en place dans le Vieux-Limoilou au fur et à mesure que les différentes paroisses du quartier sont créées. - Gilles Gallichan, bibliothécaire et historien, et soeur Pierrette Lavoie, Sœurs Servantes du Saint-Cœur de Marie (SSCM)

Thème 3 - Imaginaires de quartier

Vidéo d'introduction

Imaginaires de quartier

Raconter, chanter, imaginer et rêver Limoilou. Des portraits s'enchaînent, offrant des points de vue variés sur ce quartier aux milles visages. - Marie-Eve Sévigny, auteure et directrice de La Promenade des écrivains